Une tourte aux blettes, une vraie !

C’est le 15 août, la France est en vacances, comment la croquer sans se faire arnaquer !!

Au moment où la moitié de la France migre au sud, les boutiques de produits locaux font le plein, prêtes à vous vendre tout et n’importe quoi… 
Je suis certain que vos papilles curieuses et gourmandes vont être aux aguets après avoir lu ces quelques lignes…

Produits du terroir, un secteur qui ne connaît pas la crise

La France étant la première destination touristique au monde, le premier motif de nos visiteurs est bel et bien la gastronomie ! Les produits estampillés « Made in France » font vendre, c’est certain ; ainsi 34% * des souvenirs achetés seront des produits locaux, 27% des alcools, le reste étant du non alimentaire.

Cet été, je ne pourrais que vous conseiller d’ouvrir grand les yeux ! Le terroir étant bankable, dans les marchés ou les boutiques de souvenirs, il est de plus en plus fréquent de voir les packagings arborer fièrement les couleurs de nos régions. Malheureusement, trop souvent la confiture de lait n’a pas connu l’ombre d’une coiffe bigoudène, le célèbre saucisson corse n’a jamais entendu parlé de l’île de beauté, et le cochon du jambon de Bayonne n’a peut-être jamais vu les Pyrénées (c’est le cas de l’IGP Jambon de Bayonne qui accepte des porcs élevés jusqu’à Angoulême, on est bien loin de Bayonne ! Non ?!)…

Comment choisir ses souvenirs…

Alors, pour ne pas se faire avoir, il y a deux moyens. Le premier, faire attention aux intitulés. Je dirais que le lieu de fabrication du produit est le point de départ. Un produit régional (si il l’est vraiment), annonce toujours son lieu de fabrication, si ce n’est pas le cas il y a arnaque ! Mais attention cela ne suffit pas, le terme « fabriqué en France » fonctionne aussi pour les produits assemblés en France, avec des matières premières qui, elles, proviennent d’ailleurs… d’où l’importance de bien s’assurer de la provenance aussi, des matières premières. Nous en arrivons donc à la composition !

Oui, le terroir est devenu « sexy » et fait vendre. Pour s’assurer qu’il n’y pas d’arnaque, jetez un œil à l’étiquette, elle doit être comprise de tous. Autrement dit, si un mot semble suspect, une abréviation obscure, ou si le moindre E compose le met…, reposez gentiment le produit et changez de boutique.

Pour vous guider depuis quelques années, les producteurs se sont regroupés derrière des appellations ou des associations. À l'Ouest, le Label « Produit en Bretagne » http://www.produitenbretagne.bzh/ , est un label d’excellence, qui garantit la provenance des produits et une fabrication sur le territoire breton. D’ailleurs, la démarche va bien au-delà, puisqu'ils vont jusqu’à aider, via un incubateur, le développement de projets qui souhaiteraient voir le jour sur le territoire breton. 

Entre Savoie et Haute-Savoie, il y a la marque « Savoie » http://www.marque-savoie.com/ . Cette marque référence aussi bien les spécialités qui vont de la boisson alcoolisée à la charcuterie en passant par le fromage.

Autre arnaque aux Terroirs, les restaurants...

Qui n’a pas rêvé d’une petite pissaladière à Antibes, ou d’une bolée de cidre à Bayeux… cela fait partie du voyage, le problème ? Les restaurants là aussi ont bien compris que le terroir vous mettait l’eau à la bouche... et certains n’hésitent pas à vous servir des produits bien moins locaux !

Virginie Basselot Chef du Negresco - Collège Culinaire de France

Un conseil : avant de rentrer, lisez la carte, si elle fait plusieurs kilomètres de long, inutile d’y mettre les pieds, fuyez ! Une carte de restaurant doit être courte, concise, elle doit avoir une certaine cohésion et surtout elle doit comporter des produits de saison. Si ce n’est pas le cas, ils sont sans doute d'import. Pour vous guider, quelques labels existent, celui des « tables distinguées » des restaurants-hôtels Logis (premier réseau d’indépendants en Europe), ou du Collège Culinaire de France avec leur plaque « Restaurant de qualité ».  À noter qu’il est fréquent chez ses derniers, de citer leurs producteurs sur la carte, je trouve ça admirable !

Label Bouchons Lyonnais

Pour les restaurants, certaines régions se sont mobilisées. Par exemple, du côté de Lyon avec le label « Bouchons Lyonnais » http://lesbouchonslyonnais.org/. En déposant ce terme, il ne peut être dorénavant employé que si vous avez répondu à la charte des « Bouchons Lyonnais » délivrée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. Et la réalité fait peur, seuls 22 ont obtenus la certification ! Seulement un dans la très touristique Rue Saint-Jean (Le Laurencin), par exemple… ce qui laisse présager des autres... mon préféré « Daniel et Denise » dans le 3ème!

Restaurant Acchiardo, Nice

À Nice, c’est la cuisine Nissarde avec sa célèbre salade Niçoise ou la socca qui auraient tendance à attirer la foule. Et bien justement, l’office de tourisme de Nice, a elle aussi porté un label « Cuisine Nissarde ».  17 restaurants reconnus, mon petit faible pour la table de la famille Acchiardo. https://www.nicetourisme.com/cuisine-nicoise.

Label Cuisine Nissarde

Que ce soit dans la prima des Gaules ou en pays nissart, ces deux labels sont garants de la tradition culinaire française. Pour cela, des audits sont opérés, de façons anonymes et indépendants. À noter que chaque année le label est renouvelé ou pas, dans les établissements. Il est donc fréquent que ceux qui jouaient sur le traditionnel sans en respecter les règles perdent leur plaque.  

Le problème n’est pas de réaliser les recettes à la lettre, je ne suis pas « Réac ». Tout l'enjeu consiste à éviter que certains, vous attirent avec des noms de recettes régionales sans jouer la carte de la production régionale. Autrement dit, la cuisine Nissarde ne peut pas être incarnée par des produits qui viendraient de l’autre bout de la France. Logique non ?

Alors cet été, chers amis, ouvrez l’œil, retournez les pots, ausculter les cartes et c’est certain, vous passerez de bonnes vacances !!

Loïc Ballet, 15/08/2019

*Source : Sondage réalisé du 12 au 18 avril 2019 pour le site Kayac.fr, par l’institut Opinion auprès de 2004 personnes de plus de 18 ans.